Le cinquième tract de Pantin en commun est le un tract thématique. Il présente nos premières propositions en matière de transition écologique et sociale.

Crises écologiques : l’urgence d’agir

Canicules, effondrement de la biodiversité, pénurie de ressources : les crises écologiques sont désormais installées, et deviennent des crises sociales. Elles frappent en premier lieu les enfants, les personnes âgées et les personnes rendues vulnérables par la précarité, reléguées en bordure d’autoroutes, exposées au bruit et à la pollution, sans accès aux soins, à une alimentation de qualité, à des espaces verts. 

Nous vivons dans une ville saturée : 55 000 voitures par jour sur l’avenue Jean Lolive (N3), 35 000 sur l’avenue Jean Jaurès (N2). Pantin étouffe, Pantin a besoin d’air et de mobilités douces pour tous-tes ses habitants-es, dans tous les quartiers

C’est aussi une ville bétonnée et minérale. Et ce ne sont pas quelques arbres en pot devant un centre commercial qui viendront changer la donne. La nature doit reconquérir la ville : nous devons végétaliser les rues, les façades, les toits, le canal. 

Par indécision, par manque de courage, les pouvoirs publics tardent à changer de modèle. Nous devons rectifier le cap ! Si rien n’est fait, Pantin ne sera plus habitable d’ici 50 ans. Il est temps de nous réapproprier pleinement notre ville, la préserver pour nos enfants. Il est temps de faire retrouver aux espaces publics leur vocation première : des lieux de vie, de partage, d’échange, dans le respect de notre environnement. 

Transformation écologique et sociale – Nos premières propositions

  • Répondre à la crise climatique :
    • Atténuation : neutralité carbone en 2050. 
    • Adaptation : plan canicule (îlots de fraîcheur, aide à l’installation de volets). 
    • Finances : budget climatique (impact de chaque dépense) ; financements éthiques et achats responsables. 
  • Mieux respirer et circuler :
    • Partage de la voirie : nouveau plan de circulation (zone 30, zones de rencontre, priorité piétons et vélos) ; tolérance zéro pour le stationnement sauvage ; refonte du plan de stationnement. 
    • Transports en commun : meilleure desserte des Courtillières ; gratuité élargie ; création de comités d’usagers·ères et salariés·es des bus et métros de Pantin. 
    • Vélo : voies cyclables protégées sur les grands axes, meilleur aménagement des rives du Canal, sécurisation des zones accidentogènes (carrefours, ponts) ; triplement des stationnements vélo ; aide à la transition vers le vélo. 
    • Piétons : réfection, élargissement et meilleure accessibilité des trottoirs, notamment pour les personnes à mobilité réduite.
    • Portes de la Villette et de Pantin : militer pour un réaménagement facilitant les déplacements piétons et cyclistes. 
    • Air : contrôle régulier et information municipale ; non au projet parisien de funérarium porte de la Villette. 
  • Repenser et ensauvager la ville :
    • Densification : moratoire sur la bétonisation ; conditionner les nouvelles constructions à la mesure de l’impact écologique et avec compensation environnementale.
    • Biodiversité : droit à la nature avec un espace vert à moins de 3 minutes à pied de chez soi ; doublement des arbres en six ans, végétalisation des façades, des toits et des places de parking ; radeaux végétalisés sur le Canal ; inventaire, suivi et soutien à la faune et la flore en ville (corridors écologiques, nichoirs) ; refonte du projet de parc régional de la corniche des Forts ; forêt urbaine sur la friche Pouchard. 
  • Mieux consommer pour tous·tes :
    • Alimentation : cantines 100% bio et circuits courts d’ici 2030 ; projet d’alimentation territorial ; halle alimentaire aux Courtillières ; jardins partagés et maraîchage local. 
    • Eau : régie publique ; transparence des tarifications ; réhabilitation du réseau de distribution (fuites) ; récupération des eaux de pluie sur les bâtiments publics ; zéro déchets (dont microplastiques) rejetés dans le Canal. 
    • Commerces : labellisation des bonnes pratiques écologiques et sociales ; soutien aux commerces en circuits courts ; lutte contre le gaspillage ; consignes. 
    • Energies : rénovation thermique et  fourniture 100% renouvelables des bâtiments publics et du parc social ; réhabilitation par GRDF des réseaux gaz ; interdiction de location des passoires énergétiques ; interdiction des panneaux publicitaires lumineux. 
    • Déchets et pollution: promotion du “zéro déchets” ; plan de compostage municipal ; audit sur les industries polluantes et respect des normes de dépollution des sols. 

Télécharger le tract


4 commentaires

CASTA · 17 février 2020 à 10:00

Bonjour ,

Il me semble que l’eau de pluie , en raison de son parcours , doit arriver polluée. Pourquoi la récupérer? Pour laver les écuries des chevaux de la police municipale ?

    adminPEC · 26 février 2020 à 4:38

    Bonjour, cette récupération permet d’économiser de l’eau potable pour l’arrosage, l’entretien et éventuellement les toilettes, si un système parallèle d’alimentation est possible (notamment dans les bâtiments publics).

CASTA · 17 février 2020 à 10:28

Il n’y a pas assez de bancs dans les rues ,or à Pantin aussi les gens vieillissent,et puis

il y a bien des raisons pour s’asseoir comme par exemple la fatigue ou la maladie .

J’attire l’attention sur le fait qu’il est difficile de se lever quand on est assis sur un banc trop bas .
Avec tous mes voeux de réussite je vous adresse mes cordiales salutations.
Paul Casta

    adminPEC · 26 février 2020 à 4:37

    Bonjour, merci pour votre commentaire, nous l’avons bien intégré à notre programme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *