Contre toutes les discriminations

Sexisme, racisme, antisémitisme, homophobie… malgré sa diversité, Pantin reste concernée. Nous ne céderons rien face au repli sur soi ou à l’inertie.

  • Nous créerons une Maison des femmes (aux  Quatre-Chemins), avec un centre d’accueil pour les femmes victimes de violence, un réseau d’hébergement solidaire, une permanence santé. La ville organisera une campagne de communication annuelle.
  • Nous créerons une Maison de l’égalité (au Petit-Pantin) en proposant l’accueil du centre d’archives LGBTQI+, avec un bar associatif, des salles de réunion et d’exposition, un centre de santé LGBTQI+ (avec des spécialités pour les personnes trans) et de l’hébergement d’urgence pour les jeunes en rupture familiale.
  • Nous associerons les personnes concernées aux projets urbanistiques pour que l’espace public soit réellement inclusif et sûr.
  • Nous formerons les agents de la ville (dont police municipale) et salarié·es de Pantin Habitat, à la détection des violences faites aux femmes et aux personnes vulnérables, à l’écoute et l’orientation des personnes victimes. 
  • Nous accueillerons de manière irréprochable les personnes trans à l’état civil.
  • Nous mènerons des campagnes de communication régulières contre le racisme, l’antisémitisme, l’islamophobie et toutes les formes de discriminations. 
  • Nous serons les garants de la laïcité de la loi de 1905 : neutralité totale et garantie de la libre expression des convictions et des croyances. 
  • Nous proposerons des actions de prévention des discriminations dans nos écoles. 

Une ville plus sûre et plus sereine

A Pantin, nous sommes victimes d’une surenchère entre la droite et le maire actuel : plus de caméras, plus d’armement des policiers municipaux… la ville de Pantin est-elle pourtant devenue plus sûre ? Non, Pantin est même plus touchée par la criminalité que la moyenne du département !

  • Nous militerons pour un renforcement des effectifs de Police nationale pour lutter efficacement contre les trafics dans nos quartiers.
  • Nous soutiendrons les dispositifs de prévention de la délinquance et les médiateur·trices de rue.
  • Nous refuserons l’armement de la Police municipale, reviendrons sur la décision de l’arme de LBD et renforcerons le statut juridique des 153 agents chargé·es de la tranquillité publique : ils et elles n’ont pas à pallier les manques de la Police nationale !
  • Nous travaillerons sur un plan de lutte contre les incivilités et le stationnement sauvage.
  • Nous prendrons un arrêté municipal interdisant l’usage du LBD et du plaquage ventral sur le territoire de la commune. 
  • Nous demanderons la mise en place du récepissé de contrôle d’identité. 
  • Nous tirerons le bilan de l’inefficacité des 72 caméras de vidéosurveillance, et réinvestirons l’argent (des centaines de milliers d’euros) dans la présence humaine, et nous nous opposerons aux outils numériques de reconnaissance faciale pour garantir le respect des libertés individuelles. 

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *