Réunion thématique Education du 4 mars, avec des représentants de la FCPE et du Collectif Christine Renon

L’éducation de nos enfants mérite qu’on y mette les moyens !

Suicide de Christine Renon, directrice de l’école Méhul, en septembre dernier, garde à vue d’élèves du lycée Marcelin Berthelot en février après un mouvement de contestation des nouvelles épreuves du bac : la dernière année a meurtri les communautés éducatives de Pantin. Nous le savons tou·tes : il y a urgence dans nos écoles, dans nos collèges, dans nos lycées. Certain·es d’entre nous, enseignant·es, parents d’élèves à Pantin, vivons personnellement cette situation au quotidien.

Cette situation d’urgence est commune à bien des villes de la Seine-Saint-Denis. Notre département dont la jeunesse devrait être la priorité de la République. Mais qui est au contraire largement négligé, quand les enseignant·es remplaçant·es manquent, que le personnel de vie scolaire est réduit à l’os, que la médecine scolaire est laissée en friche.

Mais c’est aussi une urgence spécifique à Pantin, fruit d’années de choix politiques de la municipalité sortante. L’explosion immobilière et l’afflux de nouveaux habitant·es n’a pas été suivi d’un engagement suffisant en faveur de nouveaux équipements scolaires : les écoles débordent ; les places dans les crèches municipales sont rares ! Le maintien de la semaine de quatre jours et demi a multiplié les difficultés, entrainant le départ de nombreux enseignant·es, rendant difficile le recrutement d’animateur·rices. L’insuffisance du dialogue avec les enseignant·es, les parents d’élèves, a créé partout un climat de tension.

Quand nos écoles craquent, il faut agir ensemble. C’est pourquoi nous avons organisé ce mercredi 4 mars une rencontre d’échange avec des habitant·es, des représentant·es des parents d’élèves de la FCPE, des membres du collectif Christine Renon, des enseignant·es. Ce fut l’occasion de dresser le constat – très largement partagé – sur la situation des établissements de la ville. Et d’évoquer ensemble les propositions de Pantin En Commun, pour une école où il fait bon apprendre et enseigner.

Dans le premier degré, l’action municipale peut être un levier décisif.  Pour que nos classes ne débordent plus, nous construirons les écoles et les bâtiments nécessaires. Pour que les rythmes scolaires cessent d’être un problème, nous reviendrons à la semaine des quatre jours et réaménagerons le temps périscolaire, en recrutant et formant des animateurs compétents. Pour une école de l’égalité, nous élaborerons un nouveau quotient familial pour instaurer la gratuité du petit déjeuner, de la cantine, pour les enfants des familles les plus modestes.

Si la municipalité dispose de compétences moindres pour le second degré, elle peut y donner impulsion importante. Nous porterons la voix des pantinois·es auprès de l’éducation nationale, du département, de la région, pour exiger les moyens indispensables à nos établissements. Nous recréerons les liens entre établissements, parents, associations, pour le bénéfice de tous.  Nous accompagnerons nos jeunes dans le développement de leurs projets et dans l’accès aux formations et à l’emploi, pour mettre un terme à la logique du chacun pour soi.

L’école n’est pas isolée de la société. Au contraire, seul un environnement apaisé et vertueux peut permettre à nos enfants de réussir. C’est pourquoi nous augmenterons de 50% le budget des associations ; nous créerons un service de transport gratuit pour les scolaires ; nous renforcerons les dispositifs de prévention de la délinquance et les médiateurs de rue. C’est pourquoi nous faisons le pari du dialogue et de l’intelligence collective, en nous engageant à créer un conseil éducatif local permanent, rassemblant tous l’ensemble des acteurs·trices : enseignant·es, parents d’élèves, associations. L’ensemble de nos choix politiques sont en cohérence avec notre priorité à l’éducation.

Pantin En Commun s’engage à réparer les blessures, et à donner tous les moyens nécessaires pour l’éducation de nos enfants.

Pour les mouvements de la gauche sociale et écologique et pour les citoyens qui sont rassemblés sur notre liste, l’école de la république est plus que jamais le principal levier pour lutter contre les inégalités, la reproduction sociale.

Cet engagement pour l’école, nous le traduirons en assumant une priorité budgétaire sur l’éducation à l’échelle municipale.

En étant une municipalité de combat, pour défendre les intérêts des communautés éducatives de Pantin auprès des instances compétentes.

Et en étant toujours une municipalité de dialogue, qui associera l’ensemble des acteurs de la ville à chacune de ses décisions.

Catégories : Solidarité

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *