Notre groupe, avec le député Bastien Lachaud, a adressé un courrier au Recteur de l’académie de Créteil dont dépend Pantin sur la situation du collège Lavoisier.

Monsieur le Recteur,

Député et élu·es au conseil municipal de Pantin, nous nous adressons à vous aujourd’hui pour vous alerter sur la situation du collège Lavoisier de Pantin frappé par une nouvelle réduction de ses moyens à la rentrée 2020/2021.

C’est avec stupeur et indignation que nous avons appris de la communauté éducative du collège Lavoisier la décision prise par la Direction des Services Académiques de l’Éducation Nationale de pousser plus loin encore les réductions de moyens qui touchent un établissement déjà sous-doté. Une division supplémentaire de 6ème doit ainsi être fermée, alors qu’il en manque déjà trois, en 6ème, 5ème et 4ème. A ces suppressions de classes vient s’ajouter la vacance d’un demi-poste d’infirmier, ainsi que de deux postes d’AED, indispensables au bon fonctionnement de la vie scolaire. Les conséquences seront aussi immédiates que dramatiques : augmentation du nombre d’élèves par classe, dégradation des conditions sur les conditions de travail des personnels et des conditions d’étude des élèves.

Monsieur le Recteur, nous ne pouvons que comprendre et partager la colère de la communauté éducative du collège Lavoisier, aux yeux de laquelle cette nouvelle réduction de moyens apparaît comme une « provocation » – pour reprendre le terme employé par les personnels et parents d’élèves dans la motion qu’ils ont adoptée à l’unanimité lors du conseil d’administration du 15 juin 2020. Comment ne seraient-ils pas exaspérés, quand l’établissement vient déjà de traverser une année scolaire difficile, quand ils ont fait tout leur possible pour assurer la continuité pédagogique puis la reprise des cours dans le contexte douloureux de la pandémie de Covid-19, quand ils se dévouent déjà chaque jour pour assurer un enseignement de qualité avec des moyens insuffisants, et apprennent qu’une décision brutale de la DSDEN prévoit de réduire ces moyens encore davantage ? Et ce alors même que la direction académique s’était engagée l’année dernière, lors de la resectorisation, à accompagner la montée des effectifs du collège.

Décision brutale, et d’autant plus incompréhensible qu’elle survient alors même que, dans le cadre de la lutte contre la pandémie et ses conséquences, le ministre de l’Education nationale invoque la nécessité de lutter contre les inégalités et le décrochage et de privilégier l’enseignement

République Française | Liberté Egalité Fraternité

en « groupe restreints », dispositif que le ministre juge favorable d’un point de vue sanitaire comme pédagogique. L’on peine à comprendre, Monsieur le Recteur, comment ces directives ministérielles pourraient être appliquées tout en réduisant encore davantage les moyens déjà insuffisants à disposition des établissements tels que le collège Lavoisier. C’est bien au contraire d’une augmentation de ses moyens dont celui-ci a besoin, sous peine d’éveiller l’impression d’une contradiction – nous n’osons croire qu’il s’agisse d’un double discours délibéré – entre la parole ministérielle et la réalité des actions de l’administration, ce qui saperait encore davantage la confiance des communautés éducatives envers l’institution.

Monsieur le Recteur, il est grand temps que le collège Lavoisier, comme tant d’établissements de Pantin, et de la Seine-Saint-Denis cessent d’être ballotés entre les injonctions contradictoires d’une institution qui reprend d’une main ce qu’elle a fait mine de donner de l’autre. Il est grand temps que les demandes des personnels, des parents d’élèves, dont le dévouement fait vivre chaque jour le service public de l’éducation, soit entendues. Il est grand temps qu’ils cessent de devoir se battre pied à pied chaque année pour défendre la préservation de leur outil de travail, face à des instances sourdes.

C’est pourquoi nous nous associons pleinement aux revendications de la communauté éducative, qui demande l’abondement de la DHG de 116h, une dotation supplémentaire de deux AED, l’affectation d’un infirmier, une aide au secrétariat d’intendance et au secrétariat de direction. Nous avons l’espérance que l’audience que la DSDEN a accordé aux représentants de la communauté éducative le 1er juillet permettra d’entendre et de satisfaire leurs revendications.

Nous vous prions de recevoir, Monsieur le Recteur, l’expression de notre très haute considération républicaine.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *